Ce chef cuisine de la viande sans empreinte carbone

Ce chef cuisine de la viande sans empreinte carbone

Publié le : 31/08/2018
En 2013, le chef Anthony Myint décide de se lancer un défi : ramener l’empreinte carbone de son restaurant à zéro. Aujourd’hui, il conseille de nombreux·ses restaurateurs et restauratrices qui souhaitent emprunter le même chemin.

« J’ai compris que l‘enjeu climatique était primordial, et que si la restauration est une grande partie du problème, elle fait aussi partie de la solution« . Voilà la réflexion initiale du jeune chef californien, qu’il a exprimée dans une interview pour le HuffPost.

Pour rééquilibrer la balance écologie-alimentation, Anthony Myint se concentre avant tout sur la provenance des ingrédients qu’il cuisine au sein de son restaurant The Perrenial, à San Francisco. A éviter : les voyages en avion. A privilégier : les labels « durable » et de nouvelles façons de penser la culture et l’élevage.

Pour Anthony, la production de viande animale ne mène pas obligatoirement à la ruine de l’écologie, notamment grâce à la méthode du carbon-ranching, expliquée dans cette vidéo.

D’après le chef, 140 hectares de carbon-ranching représenteraient l’économie d’un million de litres d’essence chaque année.

Pour accélérer le changement, Anthony vente aussi la culture du Kernza, une céréale vivace qui régénère les sols grâce à des racines de 3m de profondeur environ. Lui-même l’utilise pour faire son pain au sein de The Perrenial.

Finaliste pour le prix Basque Culinary World qui récompense les initiatives porteuses de changement en cuisine, Anthony Myint n’en est pas à son coup d’essai, et ne compte pas s’arrêter là.

Après des projets de restauration caritative comme Mission Chinese Food ou Mission Burger, il transmet aujourd’hui ses conseils via son entreprise ZeroFoodPrint et son ONG The Perrenial Farming. Une personnalité à suivre et un exemple à prendre.

Publié le : 31/08/2018
Rubrique : À découvrir
Tags :