Rage Rooms : ces salles-défouloirs où on casse tout à coup de batte de baseball

Rage Rooms : ces salles-défouloirs où on casse tout à coup de batte de baseball

Publié le : 04/12/2017
Démolir des objets à grands coups de hache pour évacuer votre colère, ça vous tente ? Direction les « rage rooms », ces pièces entièrement construites pour être… démolies. Et qui font une entrée fracassante aux quatre coins du monde. Un concept insolite qui promet de nous détendre bien comme il faut après une (très) mauvaise journée.

On les appelle Anger Room à Dallas, Fragment Room à Singapour ou plus récemment Fury Room à Paris, ces salles-défouloirs proposent d’assouvir nos pulsions destructrices et de libérer notre colère en toute légalité (et oui, il faut savoir faire des concessions).

Une fois équipé·e d’une combinaison et d’un casque (il ne faudrait quand même pas se blesser), deux choix s’offrent à votre batte de baseball (ou à votre pied de biche, ou à votre masse).

Petit 1 : s’attaquer férocement aux objets qui n’attendent que ça sur place (vaiselle, ordinateurs, imprimantes, télévisions…) ; ou petit 2 : frapper un grand coup en ramenant le vase offert par Belle-Maman, avec un supplément console d’ado ingrat. C’est vous qui voyez…

Bien évidemment, pas question de favoriser le gaspillage. Les objets à démolir sont interceptés lors d’un trajet sans-retour direction la déchèterie. Et une fois détruits, ils sont recyclés (hâte de retrouver ce vase joliment rhabillé en pot de chambre). 

Ouvert depuis à peine plus d’un mois, la Fury Room de Paris se la joue déjà adresse prisée avec sa semaine d’attente (minimum) pour réserver. En même temps, qui s’étonnerait du succès d’un tel concept auprès des Parisiens…

Au programme ici, plusieurs formules cathartiques allant du simple lot de bouteilles en verre à la pièce ultra réaliste entièrement équipée style appartement, ou encore mieux… bureau.

Contactée par la rédaction, les créateurs de la Fury Room nous ont d’ailleurs confié que certains enthousiastes avaient déjà apporté sur place des produits fabriqués par leur propre entreprise. Une façon d’évacuer sa frustration… Sans se faire virer. On signe où ?

Publié le : 04/12/2017
Rubrique : À découvrir