Les toits de Paris, des futures fermes urbaines ?

Les toits de Paris, des futures fermes urbaines ?

Publié le : 20/12/2018
Québec, New York, New Dehli, Paris… cultiver en ville devient progressivement un mode de production agricole à part entière ainsi qu’un vecteur d’engagement pour tous les consommateurs : chefs, revendeurs, négociants et particuliers. À Paris, on voit pousser sur nos toits et ceux de nos monuments des fermes urbaines portées par des agriculteur audacieux et qui n’ont pas froid aux yeux.

Et pour cause, nous avons envie de reprendre le fil de la traçabilité alimentaire et de davantage de proximité. De manger local et de re-végétaliser nos rues…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bien Élevées (@bienelevees) le


Le quatuor féminin Bien élevées s’est lui installé sur les très prestigieux toits de l’Institut du monde Arabe. Ces quatre soeurs agricultrices y cultivent plus de 4 000 bulbes de crocus sativus, cette fleur violette dont les pistils orangés donnent le safran.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bien Élevées (@bienelevees) le


Dans leur entreprise 100% biologique, elles sont aidées par leurs ruches d’abeilles qui oeuvrent pour elles à la pollinisation de leurs fleurs ! À travers ce projet, elles souhaitent à la fois partager une nouvelle idée de l’agriculture urbaine et embellir les toits de leur ville natale : Paris.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SOUS LES FRAISES (@souslesfraises) le


Sur le toit du BHV Marais et au-dessous de la voûte des Galeries Lafayettes, Sous les fraises, un collectif d’agriculteurs et d’agronomes, ont installé leurs plantations maraîchères biologiques. Ils approvisionnent ainsi les chefs ainsi que les événements de ces deux grandes enseignes.  

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SOUS LES FRAISES (@souslesfraises) le

Enfin, l’horticultrice Masami Lavault a même installé sa ferme florale Plein air, de 1 200 mètres carrés, dans l’ancien cimetière de Belleville. C’est en répondant à l’appel à projet de la Mairie de Paris pour réinvestir les friches urbaines que cette ancienne étudiante en Arts appliqués a pu poser ses plants de fleurs qu’elle cultive biologiquement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par plein air • paris (@pleinairparis) le


Ses techniques de culture, Masami Lavault les a apprises au cours de ses différents voyages, au Maroc, au Japon et aux État-Unis, auprès de grands noms de l’agro-écologie tel qu’Erin Benzakein.

À Paris s’ouvre les champs des possibles !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par plein air • paris (@pleinairparis) le

Publié le : 20/12/2018
Rubrique : À savoir
Tags :