Les tendances food qui feront 2019

Les tendances food qui feront 2019

Publié le : 20/12/2018
En 2019, la gastronomie nous ramène aux aliments éternels, le pain, le vin et même la viande. Mais plus conscients des problématiques environnementales, on l’espère. Friands de davantage de proximité et de traçabilité, certainement. Boulimiques de nouvelles saveurs et de rencontres gustatives, c’est évident ! À l’orée de cette nouvelle année, nous avons entrepris de saisir le “goût” du temps et de repérer les tendances food qui structureront les mois à venir.

Hokkaido is the new Saint-Émilion

En juillet 2018 se tenaient les Masters of Wines, un événement emblématique pour les professionnels internationaux du vin. Une occasion pour les sommeliers, les spéculateurs et les revendeurs de repérer de nouvelles pépites à verser dans nos verres. À la surprise générale, cette année, les vins les plus remarqués n’étaient ni français, ni californiens. Ils étaient japonais.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Soif d’ailleurs (@soifdailleurs) le

Associé essentiellement au saké et à la bière, le Japon mène l’un des développements les plus palpitants de la filière vinicole de ces dernières années.

Les vignobles japonais viennent en effet d’acquérir une nouvelle appellation d’origine contrôlée (AOC) pour leur presqu’île de l’Hokkaido. Désormais, le Japon possède donc deux AOC : Hokkaido et Yamanashi. À eux seuls, ces deux terroirs reconnus comme d’excellence, représentent plus de la moitié de la production de vin nippone.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Soif d’ailleurs (@soifdailleurs) le

Élaboré à partir de cépages de vignes autochtones, le vin japonais semble déjà se différencier entre tous. Puissant, frais et très minéral, il est certainement le vin à boire dans les prochains mois.

Pour s’en procurer quelques bouteilles, rendez-vous chez Soif d’Ailleurs, un caviste parisien passionné de vins étrangers.

Retomber amoureux de son boulanger

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maison Landemaine (@maisonlandemaine) le


2018 était l’année du sans gluten. En 2019, la boulangerie fera pourtant bien son grand retour. Mais pas n’importe comment et pas avec n’importe quels produits. Avec du pain et des viennoiseries qui font du bien. Qui ne détruisent pas notre flore intestinale mais au contraire qui nourrissent et qui régalent. Ceux à base de farines biologiques et travaillés par la main de l’homme, surtout !

À Paris, les boulangeries réalisant elles-mêmes leur levain et leurs mélanges de farines sont de plus en plus nombreuses : Maison Landemaine, Du Pain et des Idées, Utopiealler chez son boulanger n’aura jamais été aussi satisfaisant.

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Boulangerie Utopie (@boulangerieutopie) le

À Oxford, la boulangerie Modern Baker fait un pain bio, au levain, et fait fermenter sa pâte à l’ancienne, lentement. Le résultat : un pain ultra digeste. À New York, l’échoppe boulangère Levain Bakery propose pains et cookies 100% naturels, au levain et aux farines biologiques.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Levain Bakery (@levainbakery) le

Ré-apprendre à manger de la viande

Le débat est brûlant. Manger ou non de la viande ? Si le veganisme fait aujourd’hui partie entière de nos modes de consommation, certains artisans, producteurs et chefs ont décidé de redorer le blason des carnivores en prônant une consommation de viande plus consciencieuse, gourmet et respectueuse de l’animal.

2019 sera certainement l’année durant laquelle nous ré-apprendrons donc à manger de la viande, à favoriser les circuits courts de production et à apprécier des viandes de qualité en laissant de côté la quantité.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Billot Club (@billot_club) le

Le Billot Club par exemple, souhaite redonner du sens à l’acte d’achat de viande. Avec leur bâton de pèlerin, les deux fondateurs de la start-up vont à la rencontre des producteurs indépendants pour sourcer des viandes de grande qualité : bien traitées, bien nourries, bien travaillées.

Riccardo Giraudi et ses Beefbars aussi font et feront florès en 2019. En créant son concept de Beefbar, temple des viandes d’excellence, Riccardo Giraudi diffuse au plus grand nombre l’envie de déguster de belles viandes, rares, et d’en faire un moment exceptionnel dans une journée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Beefbar | Paris (@beefbar_paris) le

Enchanter l’eau

Après nous être, heureusement, détournés des sodas, nous prenons progressivement conscience de la place essentielle de l’eau dans notre alimentation quotidienne. En 2019, boire de l’eau sera le marqueur d’un mode de vie sain.

C’est pourquoi de nombreuses marques décident de mettre à l’honneur ce produit fondamental en le déclinant à l’infini tout en respectant ses vertus nutritives et sa naturalité intrinsèque.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LaCroix Sparkling Water (@lacroixwater) le

Outre-Atlantique, Lacroix, la marque d’eau pétillante, propose déjà des eaux aromatisées, sans sucre, sans sodium, sans édulcorant et 100% naturelles.

La marque Szent va même plus loin : elle parfume ses eaux aux huiles essentielles pour, au choix, nous détendre, améliorer notre concentration, nous vivifier…

La ville, le nouveau champ

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bien Élevées (@bienelevees) le


Depuis plusieurs années déjà, on voit fleurir, dans toutes les grandes capitales du monde, des projets associatifs d’agriculture urbaine sur les toits des buildings, des monuments et même dans les friches industrielles.

Ces projets prennent aujourd’hui la forme de vraies fermes urbaines, rentables, biologiques et portées par des néo-agriculteurs en soif de sens.

En 2019, l’agriculture urbaine sera donc bien un mode de production agricole à part entière et un mode de consommation synonyme d’engagement, de localité et de respect de l’environnement.

Sous les fraises, un collectif d’agriculteurs et d’agronomes ont installé cette année leurs plantations maraîchères sur les toits du BHV Marais ainsi qu’au dessus de la voûte des Galeries Lafayettes. Ils approvisionnent ainsi les chefs et les restaurants des arrondissements parisiens environnants. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par plein air • paris (@pleinairparis) le

Aussi, les quatre soeurs de l’entreprise Bien élevées produisent du safran biologique depuis le toit de l’Institut du monde Arabe. Elles ont eu l’audace d’y planter plus de 4 000 bulbes et de travailler en agro-écologie avec l’aide de leurs propres ruches d’abeilles.

Enfin, Masami Lavault, hoticultrice parisienne, a installé les 1 200 mètres carrés de sa ferme florale Plein air dans l’ancien cimetière de Belleville.

Son projet a pu voir le jour avec le concours de la ville de Paris qui l’a soutenue dans cette démarche de ré-investissement des espaces urbains délaissés. Elle ouvre ainsi la première ferme floricole biologique en plein coeur de Paris. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SOUS LES FRAISES (@souslesfraises) le

Publié le : 20/12/2018
Rubrique : À savoir
Tags :