9 terrains de basket transformés en œuvres d’art étonnantes

9 terrains de basket transformés en œuvres d’art étonnantes

Publié le : 06/12/2017
Les terrains de basket sont récemment devenus les nouveaux terrains d’expression préférés des artistes. Les projets se multiplient, les tableaux s’agrandissent et se piétinent avec enthousiasme, l’art prend vie et fricote avec l’utile. Tour d’horizon des plus beaux terrains de basket du monde avec un éclairage des artistes sur cette nouvelle tendance.

Le 20 novembre dernier, Manille inaugurait 5 terrains de basket à l’effigie de 5 stars du ballon orange, des œuvres picturales géantes réalisées par l’artiste Arturo Torres.

Commandée par Nike dans le cadre de son projet de terrains connectés Hyper Court, cette performance est la dernière en date d’une fièvre artistique et sportive qui sévit depuis quelques années sur les terrains de basket.

hypercourt-nike-basketball-court-art-arturo-torres-manille

3 des 5 terrains de basket réalisés par Arturo Torres pour Nike à Manille (Philippines) (novembre 2017)

Pour en retrouver la source, il faut remonter en 2014. Cette année-là à Memphis, aux Etats-Unis, l’ancien joueur de basket universitaire David Peterson se met en tête d’offrir une deuxième jeunesse aux terrains de quartier abandonnés.

Il répare les fissures, et surtout, trace de nouvelles lignes, indispensables à un match de basket réglementaire.

Au départ, je peignais juste des lignes noires ou blanches sur l’asphalte, la ligne des trois points, celle des lancers francs et les limites du terrain, explique t-il à Artsy.

Puis avec la volonté de rendre service naît celle d’en faire plus avec sa peinture. David Peterson se met alors en quête de collaborer avec des artistes. Anthony Lee sera le premier d’une longue liste à participer au projet dès lors baptisé Backboard.

basket-terrain-art-playground-gue-alessandriia

Le terrain de basket du parc Carlo Carrà d’Alessandria (Italie) revisité par l’artiste sicilien Gue (janvier 2017)

L’idée : transformer les terrains de basket – des quartiers défavorisés en priorité – en œuvres d’art attractives.

L’aspect fonctionnel du projet est tout bonnement de rendre la surface praticable, mais l’aspect artistique est là pour créer une énergie et un engouement qui feront de ces terrains des lieux de rendez-vous, des espaces capables de rapprocher tout le monde.

katrien-alost-belgique-basketball-court-terrain-sport

Le terrain de basket d’Alost (Belgique) par Katrien Vanderlinde (septembre 2017)

C’est aussi cette envie d’apporter l’art dans le quotidien de celles et ceux qui n’y ont pas accès qui a motivée l’artiste belge Katrien VanderlindenFin septembre, elle a métamorphosé le terrain de sa ville, Alost, en rendant un hommage coloré aux jeux de construction en bois de notre enfance.

Contactée par la rédaction pour comprendre cette passion grandissante des artistes pour les terrains de basket, elle nous a donné plusieurs éléments de réponse.

Les terrains de basket du parc Sara D. Roosevelt à Manhattan par Nike et l’artiste Kaws (novembre 2016)

L’association entre sport et art est, de façon générale, quelque chose de très tendance actuellement. Mais je pense que c’est aussi dû à l’excitante taille « plus grande que nature » de ces terrains. Sans oublier que grâce aux drones qui sont de plus en plus répandus, créer une œuvre uniquement visible dans sa totalité depuis une vue aérienne n’est plus une idée si folle que ça.

Plus personnellement, Katrien avoue que même si le projet était excitant car il s’agissait d’un nouveau challenge pour elle, d’autant plus dans sa ville, et en sachant que rien de semblable n’existait en Belgique, ce n’est pas ce qui l’a convaincu…

Le playground Duperré Pigalle à Paris par Nike, Pigalle et Ill-Studio (juin 2017)

Il y a beaucoup d’enfants qui vivent près de ce terrain, des enfants qui grandissent dans des familles modestes, dans des maisons sans jardin. Voilà le vrai déclencheur de ce projet.

Une belle revanche, qui promet encore quelques rencontres sportives et artistiques mémorables.

Publié le : 06/12/2017
Rubrique : À voir